Quels sont les facteurs de risque de cancer du système nerveux central ?

Un facteur de risque est un élément qui peut influencer le risque de développer une maladie. Bien que certains facteurs de risque peuvent influencer le développement d’une tumeur du système nerveux central, la plupart d’entre eux ne sont pas directement impliqués dans le développement d’une tumeur en particulier. Cependant, en connaissant vos facteurs de risque et en parlant avec votre médecin, vous serrez plus à même de prendre des décisions ‘éclairées’.

Les facteurs de risque suivants peuvent augmenter le risque d’apparition d’une tumeur du système nerveux central :

  • L’âge : les tumeurs cérébrales sont plus fréquentes chez les enfants et les adultes plus âgés. Cela étant dit, les tumeurs cérébrales peuvent se développer à tout âge.
  • Le sexe: les hommes sont plus susceptibles que les femmes de développer des tumeurs cérébrales.
  • Race / Origine ethnique : aux États-Unis, les individus de race blanche présentent un risque plus important de développer certains types de cancers tels que les gliomes.
  • L’exposition aux produits chimiques : les pesticides, certains produits pétroliers, le caoutchouc ou le chlorure de vinyle peuvent augmenter le risque de développer une tumeur au cerveau. Même si ces éléments sont souvent en discussion, il n’y a toujours pas de preuve scientifique qui confirme ce lien.
  • Antécédents familiaux : environ 5% des tumeurs du cerveau peuvent être liées à des maladies génétiques héréditaires comme la neurofibromatose, le syndrome de Li-Fraumeni, le syndrome de carcinome baso-cellulaire névoïde, la sclérose tubéreuse de Bourneville, le syndrome de Turcot ou la maladie de von Hippel-Lindau.
  • L’exposition à des infections, des virus et des allergènes : l’infection par le virus d’Epstein-Barr (EBV) augmente le risque de développer un lymphome du système nerveux central. On a montré que plusieurs autres types de virus provoquent également des tumeurs du cerveau chez les animaux.
  • Les champs électromagnétiques : les études qui ont évalué le rôle des champs électromagnétiques, tels que l’énergie des téléphones cellulaires, n’ont pas montré un lien tangible avec le développement de tumeurs cérébrales. Cependant, l’Organisation Mondiale de la Santé a recommandé de limiter l’utilisation des téléphones cellulaires chez les adultes et surtout les enfants et adolescents.
  • Le rayonnement ionisant : d’anciens traitements sur le cerveau incluant l’utilisation de rayonnements ionisants peuvent augmenter le risque d’apparition d’une tumeur au cerveau chez certaines personnes.
  • Blessure à la tête : le traumatisme crânien sévère a été étudié pour sa relation avec les tumeurs cérébrales. Certaines études ont montré un lien entre traumatisme crânien et méningiome.
  • Les convulsions : les convulsions ont longtemps été associées à des tumeurs du cerveau. Cependant, on ne connaît pas exactement si les convulsions augmentent effectivement le risque de tumeurs cérébrales.
  • Des composés N-nitrosés : les suppléments N-nitroso alimentaires sont formés dans le corps à partir de nitrites ou nitrates présents dans certaines viandes grillées, la fumée de cigarette et les cosmétiques. Certaines études indiquent que la présence de composés N-nitroso peut augmenter le risque de tumeurs cérébrales chez l’enfant et la personne adulte.
  • L’exposition à des agents neurotoxiques : une étude a révélé que certains anciens combattants durant la guerre du Golfe avaient un risque accru de développer une tumeur cérébrale suite à une exposition à des agents neurotoxiques (gaz neurotoxiques). Cependant, d’autres recherches doivent être menées pour confirmer cet état de fait.

http://www.cancer.net/cancer-types/brain-tumor/symptoms-and-signs

http://www.cancer.org/cancer/braincnstumorsinadults/detailedguide/brain-and-spinal-cord-tumors-in-adults-risk-factors

 

NO COMMENTS

Laisser un commentaire