Quels sont les facteurs de risque du cancer de la peau?

Tout comme les symptômes, les facteurs de risque de cancer de la peau peuvent être divisés en 2 catégories : les facteurs de risque concernant le mélanome et ceux liés aux carcinomes non-mélaniques. Même si tous les facteurs de risque ne sont pas liés au mode de vie, on estime que, jusqu’à 86% des cas de cancer de la peau peuvent être évités en optant pour des choix de vie plus ‘sains’.

Les facteurs de risque du cancer non-mélanique :

  • Les rayon Ultra-Violets (UV) : il s’agit du facteur de risque principal pour la plupart des cancers de la peau. Les rayons UV (du soleil ou des salons de bronzage) endommagent l’ADN des cellules de la peau. La durée de l’exposition au soleil ainsi que la protection de la peau influencent fortement ces risques.
  • La peau claire : toute personne est à risque de développer un cancer de la peau. Cependant, les peaux claires présentent un risque plus élevé que les personnes ayant des peaux plus foncées. En effet, les peaux foncées contiennent beaucoup plus de mélanine, ce qui contribue à une protection plus élevée contre les rayons UV. Plus la peau est claire, plus le risque est élevé.
  • L’âge avancé: on pense que les personnes âgées sont plus à risque de développer un cancer de la peau, en raison d’une exposition aux UV cumulée au cours de leur vie.
  • Les hommes sont deux fois plus susceptibles que les femmes de développer un carcinome basocellulaire et 3 fois plus susceptibles d’avoir un carcinome épidermoïde.
  • L’exposition chimique : certains produits chimiques sont connus pour conduire à un cancer non-mélanique. Il s’agit dans ce cas de l’arsenic, du goudron industriel, du charbon, de la paraffine ainsi que certains types d’huile.
  • L’exposition aux radiations : les individus qui ont été traités par un traitement de radiothérapie présentent un risque plus élevé de développer un carcinome basocellulaire, en particulier dans la région qui a été exposée.
  • Une histoire personnelle de cancer de la peau signifie un risque accru de développer cette maladie à nouveau.
  • Des blessures à long terme ou graves tels que des cicatrices de brûlures, ou une peau endommagée par une maladie inflammatoire de la peau augmentent légèrement le risque de développer un cancer de la peau.
  • Un traitement du psoriasis : ce traitement basé sur la lumière UV peut augmenter les risques de développer un carcinome épidermoïde.
  • Certaines conditions héréditaires comme le xeroderma pigmentosum qui réduit la capacité de guérison de la peau suite à des dommages liés à l’exposition au soleil, peut conduire à un risque élevé de développer des cancers de la peau.
  • Un système immunitaire affaibli : les personnes ayant un système immunitaire affaibli (à cause d’une maladie ou de la prise de certains médicaments) sont plus susceptibles de développer de nombreux types de cancers, y compris les carcinomes non-mélaniques.
  • Le virus du papillome humain (HPV) : les infections dues à certains types de HPV, en particulier dans la région génitale/anale, peut augmenter le risque de cancer de la peau.
  • Le tabagisme est un risque important du cancer épidermoïde.
  • Les gènes : les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer de la peau (en particulier des parents au premier degré) présentent un risque plus élevé de cancer de la peau.

Les risques liés au mélanome ont quelques similitudes avec les risques de carcinomes non-mélaniques et comprennent :

  • La lumière UV : ici aussi, l’exposition au soleil pendant de longues périodes peut augmenter le risque d’apparition d’un mélanome.
  • Les grains de beauté en eux-mêmes sont des tumeurs bénignes, mais leur risque de se développer en cancer est faible. Cela étant dit, une personne avec plusieurs grains de beauté est plus susceptible de développer un mélanome.
  • Une peau claire : là encore, plus la peau est blanche, plus le risque est élevé. Les individus de couleur blanche sont 10 fois plus susceptibles de développer un mélanome que les Afro-Américains, et ceux ayant un profil ‘roux’ ont le risque le plus élevé.
  • Antécédents familiaux de mélanome : 10% des cas diagnostiqués avec un mélanome ont un parent proche touché par cette maladie.
  • Une histoire personnelle de mélanome augmente le risque de développer une autre tumeur identique.
  • La présence d’un système immunitaire affaibli: ces individus sont également plus susceptibles de développer un mélanome.
  • L’âge : les personnes âgées ont un risque plus élevé de mélanome. Toutefois, le mélanome est le cancer de la peau le plus fréquent chez les personnes âgées de moins de 30 ans.
  • Le sexe : les hommes sont aussi plus susceptibles de développer des mélanomes que les femmes.
  • Le xeroderma pigmentosum (XP) augmente aussi le risque de développer un mélanome.

 

http://www.cancerresearchuk.org/health-professional/cancer-statistics/statistics-by-cancer-type/skin-cancer/risk-factors#ref-0

http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/skin-cancer/basics/risk-factors/con-20031606

http://www.cdc.gov/cancer/skin/basic_info/risk_factors.htm

http://www.cancercenter.com/skin-cancer/risk-factors/

http://www.cancer.org/cancer/skincancer-melanoma/detailedguide/melanoma-skin-cancer-risk-factors

http://www.cancer.org/cancer/skincancer-basalandsquamouscell/detailedguide/skin-cancer-basal-and-squamous-cell-risk-factors

NO COMMENTS

Laisser un commentaire